Anatomie des séries temporelles de positions de stations GNSS | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Anatomie des séries temporelles de positions de stations GNSS

Vendredi 21 Décembre 2018
Séminaires Planétologie et Sciences Spatiales
Paul Rebischung
(LAREG/IGN)
Extrait: 

Les milliers de stations GNSS permanentes implantées à la surface de la Terre permettent de mesurer ses déformations avec une précision remarquable, et ainsi d'étudier de nombreux phénomènes géophysiques (mouvements tectoniques, déformations co- et post-sismiques, gonflement des volcans, rebond post-glaciaire, réponse de la Terre aux transports de masse en surface, etc.). Les séries temporelles de positions de stations GNSS sont d'autre part un ingrédient fondamental à l'élaboration du repère international de référence terrestre (ITRF), cadre nécessaire au positionnement global précis. Une analyse détaillée des séries temporelles de positions de stations GNSS y révèle cependant la présence de diverses erreurs et composantes inexpliquées qui limitent leur exploitabilité géophysique et géodésique. Après avoir présenté le processus d'obtention des séries temporelles de positions de stations GNSS, je caractériserai ainsi leur contenu à la fois temporellement et spatialement, et détaillerai les effets (signaux et erreurs) que l'on sait y trouver, ainsi que ce qui en reste à expliquer.