Bulletin d'activité du samedi 9 mars 2019 à 13h00 (Heure locale) | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

  Bulletin d'activité du samedi 9 mars 2019 à 13h00 (Heure locale)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Niveau d’alerte : Alerte 2-2
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

L’activité éruptive qui a repris le 19 février 2019 au Piton de la Fournaise aux alentours de 19h10 heure locale se poursuit. Suite à la forte augmentation observée depuis plus de 48h, l’intensité du trémor éruptif reste très élevée (Figure 1).

Figure 1 : Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre le 18 février 09h48 (05h48 UTC) et le 9 mars 13h00 (09h00 UTC) sur la station sismique de FLR. (© OVPF/IPGP)

 

Cette forte augmentation du trémor est à mettre en relation avec l’ouverture de deux nouvelles fissures les 5 et 7 mars dernier. Suite à ces deux nouvelles ouvertures, les débits de surface estimés à partir des données satellites, via la plateforme HOTVOLC (OPGC - université d'Auvergne), ont augmenté de manière significative avec des valeurs comprises entre < 1 (valeur affectée/minorée par la couverture nuageuse) et  des pics > à 50 m3/s (valeur environ 10 fois supérieure aux valeurs moyennes enregistrées lors des éruptions de 2017-2018 au Piton de la Fournaise) ; la moyenne sur les dernières 24h se situant aux alentours de 20-25 m3/s.

 

Ces augmentations de débits ont favorisé une progression rapide des coulées sur les dernières 24h. D’après les retours visuels depuis la RN2 et les observations depuis la webcam de l’OVPF située à Piton des Cascades, le front de coulée actif a pu être estimé à 650 m - 700 m d’altitude ce matin 8h. Le front de coulée a ainsi parcouru environ 1km en 24h et se situait ce matin entre 2,5 et 3 km de la route nationale 2 (Figure 2).

Figure 2 : Prise de vue du site éruptif le 9 mars 2019 à 1h24 heure locale (21h24 heure TU) depuis la webcam de l’OVPF situé à Piton des Cascades, avec la localisation du front de coulée sur les dernières 48 heures. (© OVPF/IPGP)

 

- Les stations NOVAC de l’OVPF localisées sur le pourtour de l’Enclos Fouqué ont détecté pour la journée d’hier des émissions de SO2 dans l’air 3 à 4 fois plus importantes que celles enregistrées au début de l’éruption. En parallèle, les satellites américains (Gome2 et OMI) mais aussi le satellite européen Sentinel 2 ont détecté sur la journée d’hier un panache de SO2 se propageant plein Est.  Sur les données des satellites Gome 2 et OMI, le panache peut être suivi respectivement sur 450 km et 550 km (résolution différente), ce qui le fait passer au sud de l'île Maurice.

 

- Les concentrations en CO2 dans le sol en champ proche (secteur gîte du volcan) semblent chuter depuis ce matin, ce qui indiquerait une accélération du transfert superficiel du magma (du réservoir vers la surface) par rapport au transfert profond (des profondeurs vers le réservoir). Ce paramètre sera à confirmer ces prochains jours.

 

- Les données de déformation n’enregistrent pas de signaux particuliers sur les dernières 24 heures.

 

- Sur les dernières 36 heures, plus d'une centaine de séismes volcano-tectoniques superficiels (au dessus du niveau de la mer, soit à une profondeur < à 2,5 km) ont été enregistrés sous la zone sommitale. Ce nombre est largement sous estimé du fait de la difficulté à les comptabiliser compte tenu de l’intensité du trémor. A noter que cette FORTE sismicité sous la zone sommitale ne cesse d’augmenter depuis 48h avec souvent des mécanismes en compression à la source, qui pourraient correspondre à des effondrements du toit de la chambre magmatique superficielle due à sa vidange importante. Cette sismicité est suivie de près par l’OVPF, en effet en cas de propagation de cette sismicité vers la surface (ce qui n’est pas le cas actuellement), cela pourrait engendrer la formation d’un pit-crater (dépression formée par un affaissement de la surface au-dessus d'un réservoir de magma qui se vide) comme cela a déjà été observé par le passé au Piton de la Fournaise (ex. Décembre 2002).


De plus compte tenu de l’ensemble de ces paramètres (augmentation des débits de surface, transfert rapide du magma du réservoir vers la surface, sismicité), l’ouverture de nouvelle(s) fissure(s) éruptive(s) au niveau du site éruptif actuel ou ailleurs (plus en amont ou plus en aval, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Enclos), n’est pas exclue.


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Retrouvez l’ensemble des informations relatives à l’activité du Piton de la Fournaise sur les différents médias de l'OVPF-IPGP:
- le site internet (http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/actualites-ovpf),
- le compte Twitter (https://twitter.com/obsfournaise?lang=fr),
- et le compte facebook (https://www.facebook.com/ObsVolcanoPitonFournaise/)
Les informations de ce document ne peuvent être utilisées sans y faire explicitement référence.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------