Gravimétrie et geodésie spatiale | INSTITUT DE PHYSIQUE DU GLOBE DE PARIS

Twitter

Aller au compte twitter

Équipes de recherche

Gravimétrie et geodésie spatiale

 

En partenariat étroit avec l’équipe de  recherche en géodésie LAREG de l'IGN, http://recherche.ign.fr/labos/lareg/page.php, l’équipe de gravimétrie et géodésie spatiale étudie la structure et les processus agissant dans notre planète à partir de mesures et de modélisations des variations spatio-temporelles du champ de pesanteur de la Terre, de la forme et des déformations de la Terre et de son orientation dans  l’espace.

 

Des membres de l'équipe animent et font fonctionner le pôle national de données dédié à la Terre Solide, le pôle ForM@Ter https://www.poleterresolide.fr/

 

 

Le géoïde (± 150 m d’écart par rapport à l’ellipsoïde)

 

  • Des mesures d’une extrême précision. La précision des mesures gravimétriques et géodésiques est aujourd’hui vertigineuse!
    En voici quelques exemples :
    • l’orientation de la Terre dans l’espace est mesurable à 3 mm près environ, soit quelques dixièmes de milliseconde en ce qui concerne son temps de rotation ;
    • nous sommes capables, depuis le sol, de mesurer l’accélération de la pesanteur avec une précision de quelques parts pour un milliard ;
    • depuis l’espace, on peut détecter un changement de niveau d’eau d’un demi-centimètre ;
    • il est possible de mesurer les déformations de la surface de la Terre avec une précision de l’ordre du millimètre. 

 

  • À chaque gain de précision et à chaque fois que les modèles sont améliorés, ce sont de nouveaux phénomènes agissant dans le système Terre qui deviennent observables et interprétables.
    On l’observe facilement dans le cas de la pesanteur. Avec une seule décimale, on ne "ressent" que la masse et la taille de la Terre, il faut deux décimales pour voir l’effet de son ellipticité. Une décimale de plus et l’on "sent" la différence entre océan et continent et les principales chaînes de montagnes. La décimale suivante nous renseigne sur les anomalies de masse dans le manteau, celle qui suit sur les grands bassins fluviaux et réservoirs naturels ou artificiels, etc.

 

  • La gravimétrie.  Au XXIe siècle, des missions satellitaires (GRACE depuis 2002, GOCE de2009 à 2013, GRACE Follow-on bientôt…) mesurent le champ de pesanteur de la Terre depuis l'espace, donnant accès à des données globales de haute précision de la pesanteur et deses variations spatiales et temporelles. Des mesures au sol, en bateau ou aéroportées avec de nouveaux instruments (que nous contribuons à développer dans la cadre de partenariats) de plus en plus précis complètent ces données satellitaires.